Stabilité:

 

Le triangle de suspension de l’étrier K VALL stabilise la jambe du cavalier et favorise la concordance des centres de gravité du cavalier et de son cheval.

 

 

Nous savons que la forme la plus stable, d’un point de vue mécanique, est le triangle. Le poids du corps du cavalier qui arrive verticalement sur le plancher de l’étrier, stabilise la jambe sans la fixer et évite les mouvements pendulaires que l’on voit sur l’étrier classique. La jambe du cavalier est placée naturellement par le poids du corps et sans contrainte mécanique qui limite le mouvement.

Le mouvement se déroule grâce à des points d’appui stables dans l’espace et autour duquel il s’organise. C’est ce point d’appui stable qu’offre l’étrier KVALL.

Quand la jambe est stabilisée, c’est l’ensemble du corps qui est, lui-même, stabilisé. C’est ce qui permet l’alignement des centres de gravité du couple cavalier – cheval dans la verticale.

 

L’exemple équestre

A l’obstacle, le cavalier gagne du temps pour retrouver son équilibre à la réception d’un saut et reprendre la suite de son parcours. A l’abord de l’obstacle, il gagne de la facilité à rééquilibrer son cheval et à lui demander d’engager ses postérieurs. Pendant le saut, le cavalier, dont les jambes ne basculent plus en arrière, reste au-dessus du centre de gravité de son cheval qui va, lui, pouvoir mieux utiliser son dos.


 

Equilibre:

 

Le plancher intégral de l’étrier KVALL permet d’utiliser toute la surface de son pied ainsi que son talon pour s’équilibrer.

 

 

L’équilibre se fait grâce à l’action combinée du regard, de l’oreille interne et des pieds. Or, debout, notre poids du corps arrive à 70% dans notre talon. Notre talon est donc particulièrement important dans la régulation de notre équilibre.

L’équilibre est dynamique : loin d’être figé, il se construit dans le mouvement et en réaction à des déséquilibres en permanence renégociés. Cette rééquilibration se fait prioritairement grâce à l’articulation de la cheville. Sur l’étrier KVALL, la cheville retrouve sa capacité de réaction puisqu’elle n’est plus obligée d’être maintenue en flexion augmentée comme sur l’étrier classique. Elle peut de nouveau fléchir pour nous rééquilibrer et avec beaucoup moins de tensions associées dans le reste du corps. Cette rééquilibration se fait de manière réflexe et très rapide. En améliorant notre capacité réflexe à réagir au déséquilibre, nous améliorons la rapidité de notre réaction..

L’équilibre est stable quand la projection du centre de gravité se trouve dans la base de sustentation formée par ses appuis. Donc plus cette zone d’appui est large, plus l’équilibre est facilité. Ainsi, notre équilibre est plus facile quand nous sommes sur toute la surface de nos pieds plutôt que sur la base de nos orteils uniquement.

Quand le talon est en appui, le dos est plus tranquille, plus présent, plus disponible.